Nouvelles

Hommage à James D. Thwaites, récipiendaire du Prix Carrière 2008-2009

16 décembre 2009

James Douglas ThwaitesLe Prix Carrière en enseignement reconnaît la constance de l’engagement d’un professeur jugé le plus remarquable pour la qualité, la pertinence et la diversité de son enseignement aux trois cycles de formation. Il est remis à un professeur ayant plus de 20 ans d’expérience en enseignement universitaire.

Une bourse de 10 000 $ accompagne ce prix.

« Le discours que je présente à chaque groupe d’étudiants, et sur lequel j’insiste, est qu’ils forment la relève… et qu’ils vont composer avec les problèmes qui surgiront. Nous les formons et les appuyons pour les préparer à l’avenir – même pour des avenirs que nous ne pouvons identifier avec certitude. »

Ces paroles sont de James Douglas Thwaites, lauréat du prix Carrière en enseignement de l’Université Laval de l’année 2008-2009.

Le professeur Thwaites enseigne à la Faculté des sciences sociales depuis 31 ans. Il est nommé titulaire en 1983 après avoir fait ses études de baccalauréat à l’University of Toronto, une maîtrise à l’Université Carleton et un doctorat ès-Lettres à l’Université Laval. En 1989, sentant le besoin de se perfectionner dans un domaine connexe, il termine une maîtrise à l’École nationale d’administration publique. Il est co-fondateur et co-directeur de la revue spécialisée Labour/Le travailleur.

Après avoir été directeur des programmes de premier cycle, James Douglas Thwaites est actuellement directeur du Département des relations industrielles. Le professeur Thwaites enseigne dans les trois grands domaines qui composent le champ pluridisciplinaire des relations industrielles, soit :

  • les relations de travail,
  • la gestion des ressources humaines et,
  • les politiques publiques du travail et de l’emploi.

Monsieur Thwaites enseigne les notions du syndicalisme à des groupes de 120 étudiants de première année, la mondialisation et les relations industrielles à des groupes de 80 étudiants de troisième et, aux étudiants des 2e et 3e cycles, il offre un cours sur les aspects stratégiques de la gestion des ressources humaines.

Pour chacun de ses cours, il a développé du matériel et des outils pédagogiques écrits en français, dont trois livres imposants qui servent de base à l’apprentissage du domaine. Parmi les dernières publications, notons La mondialisation. Origines, développement et effets, La mondialisation, Documents essentiels, Travail et syndicalisme. Origine, évolution et défis d’une action sociale. D’ailleurs, notre lauréat possède une longue liste de publications. En tout, plus de 1 500 pages rééditées pour répondre aux besoins de formation des étudiants francophones d’ici et d’ailleurs.

Lorsqu’il prépare du matériel didactique, le professeur Thwaites repasse toujours la même réflexion - et je le cite – « Pourquoi influencer les seuls participants d’une salle de classe lorsque qu’il est possible d’influencer le Québec en entier, la francophonie canadienne et ou même mondiale ?». Ce raisonnement l’amène à peaufiner le matériel pédagogique jusqu’à la publication. Grâce à cet effort, les étudiants bénéficient de solides volumes de référence écrits en français.

Dans le cadre de ses fonctions de directeur du premier cycle en Relations industrielles, il a dirigé le baccalauréat et le certificat en relations industrielles qui comptent plus de 700 étudiants. Depuis quelques années, M. Thwaites s’est investi activement dans un programme d’échange international d’étudiants de premier et de deuxième cycles : le programme Mobilité. De concert avec les étudiants et les enseignants, il a redonné vie au projet en révisant sa vocation :

  • stimuler l’intérêt aux études de premier cycle et aux études supérieures;
  • créer un réseau d’échanges avec les étudiants étrangers;
  • développer des affinités entre professeurs.

Ainsi remodelé, le programme Mobilité permet, depuis deux ans, d’envoyer des étudiants de l’Université Laval dans le cadre de plusieurs programmes partenaires et de recevoir des étudiants étrangers de ces mêmes partenaires.

Autre résultat immédiat, presque tous les étudiants du Département des relations industrielles qui y ont participé poursuivent des études supérieures. M. Thwaites suit personnellement chacun des étudiants en stage : de l’aéroport jusqu’au retour.  D’ailleurs, il reçoit de nombreux courriels le remerciant des attentions qu’il leur porte.

Les propos de Paul–André Lapointe, directeur de département de l’époque , résument l'apport du professeur.

« Dans le cadre de sa direction du profil international au département et en faisant appel au réseau étendu de ses contacts, il a contribué avec persévérance et compétence au développement de la mobilité des étudiants. Grâce à ses efforts inlassables, il a réussi à établir et à enrichir des ententes avec trois universités européennes, une université mexicaine et une université canadienne. C’est plus d’une vingtaine de nos étudiants qui, chaque année, vont poursuivre une partie de leurs études à l’extérieur, alors que nous accueillons…les étudiants étrangers. »

Le professeur Thwaites a à cœur la réussite des étudiants. Notamment, il s’implique dans les projets qui servent d’émulation aux études et il collabore à la préparation et à l’évaluation de concours provincial et national tels que le concours d’Excellence en relations industrielles et Excalibur auxquels participent les étudiants de plusieurs universités.

Notre lauréat estime que le professeur d’université affronte une réalité complexe, face à un ensemble d’activités distinctes et interdépendantes. La pédagogie est une préoccupation constante pour assurer la transmission efficace de la connaissance et des habiletés. Pour lui, elle est omniprésente, autant dans l’enseignement que dans l’encadrement des étudiants, dans la communication des résultats de la recherche, dans la manière d’administrer ou d’intervenir dans la sphère publique.

Ainsi, l’enseignement s’inspire de la recherche et des leçons tirées de son application : l’enseignement lui fournit donc l’occasion d’exposer et de mettre à l’épreuve les hypothèses et les observations nouvelles ainsi que les modèles établis. Nous croyons le professeur Thwaites lorsqu’il affirme qu’il est nécessaire de confronter les idées à la réalité; puisqu’il s’est lui-même impliqué au poste de vice-président du Syndicat des professeurs de l’Université Laval.

Tel que l’exprime le doyen de la Faculté des sciences sociales, M. François Blais, le professeur Thwaites a une démarche empreinte d’une philosophie de l’éducation où « le respect inconditionnel de l’étudiant et de son intelligence sont au cœur de ses interventions ».  Cela se voit à l’examen de ses plans de cours structurés qui réussissent un fructueux aller-retour entre la théorie et la pratique. Dans une formation aussi professionnelle que les relations industrielles, le professeur Thwaites relève le défi d’amener ses étudiants à une réflexion en profondeur sur le sens et la portée de l’organisation moderne; dans le plus grand respect des personnes et des idées, il les oblige à pousser leur réflexion, à examiner les différentes faces d’un problème. Il lui importe d’exposer très tôt l’étudiant, non seulement aux idées en cours, mais également aux nouvelles idées afin qu’il comprenne les forces et les limites des connaissances actuelles. Le professeur estime qu’il faut amener rapidement l’étudiant «à réfléchir à la possibilité de nouveaux paradigmes et à sa propre contribution future.»  

Le dévouement du professeur Thwaites, l’interne et à l’externe depuis plus de trois décennies, honore et contribue au rayonnement de l’Université Laval.

© 2011 Université Laval. Tous droits réservérs. Ce site est sous la responsabilité du Centre de services APTI de la Faculté des sciences sociales.
Questions et commentaires